Les huiles ou fluides hydrauliques : approche globale (partie 2)

huile-hydraulique-performance

Les fluides hydrauliques biodégradables

Le terme de biolubrifiants s’applique à tous les fluides qui sont à la fois rapidement biodégradables et non toxiques pour les êtres humains et pour les milieux aquatiques.

Les fluides biocompatibles tendent à remplacer petit à petit les huiles minérales standard quand la réglementation l’exige. Leur composition entraîne également des problèmes de compatibilité accrus avec les matériaux utilisés en étanchéité, notamment avec le polyuréthane.

Un biolubrifiant peut être à base d’huiles végétales (ex. huile de colza), d’esters synthétiques fabriqués à partir d’huiles renouvelables modifiées ou de produits d’origine pétrolière.

⇒ Depuis le 1er janvier 2008, une charte interdit l’utilisation de lubrifiants non biodégradables sur certaines parties du territoire.

Les lubrifiants biodégradables sont ainsi obligatoires pour les entreprises intervenant en zones sensibles : travaux publics, espaces verts, exploitations forestières, hydroélectricité, stations de ski, parcs nationaux, démoulage; du béton…

Les huiles à base d’huile végétale présentent une caractéristique de viscosité et de température au moins égale aux huiles minérales avec indice de viscosité > 200.

Les qualités lubrifiantes, de biodégradabilité et d’anticorrosion sont satisfaisantes. Leurs points faibles sont les suivants : température maxi. (environ 70 °C), vieillissement accéléré (oxydation), sensibilité à la présence d’eau.

Les fluides à base de polyglycols présentent des caractéristiques de viscosité et de température. Ils bénéficient également de propriétés anticorrosion, d’une tenue au cisaillement et au vieillissement satisfaisants.

Leurs points faibles sont les suivants : densité >1 imposant des conditions d’aspiration particulières pour les pompes, mauvaise tenue aux peintures, sensibilité à l’eau, non miscibles avec les huiles minérales.

Les fluides synthétiques à base d’esters organiques présentent des qualités lubrifiantes satisfaisantes avec un indice de viscosité > 200. Ils ont une bonne tenue à la corrosion et résistent bien à l’oxydation. Ils sont miscibles avec les huiles minérales et compatibles avec les élastomères.

Certains fluides à base d’esters organiques peuvent être proposés comme produits difficilement inflammables.

La norme NF ISO 15380

Pour des informations plus approfondies sur ces fluides, on peut consulter la norme NF ISO 15380 qui détaille les propriétés en fonction de l’indice de viscosité pour chaque famille (HETG,HEPG,HEES).

À savoir que la pression a également un effet non négligeable sur la viscosité des fluides. La variation de viscosité se traduit toujours par une augmentation de la viscosité avec la pression.

Le skydrol est un fluide dont la viscosité est relativement faible. Il est extrêmement agressif envers les élastomères et nécessite par conséquent l’utilisation de solutions d’étanchéité particulières.

Il s’agit en fait d’un fluide appartenant à la famille des esters phosphatés, dont les caractéristiques anti-inflammables et la stabilité thermique répondent parfaitement aux besoins de l’aéronautique (point d’auto inflammation supérieur à 500°C).

La très faible viscosité affecte la qualité de la lubrification des pièces internes.

Les familles d’huiles hydrauliques biodégradables

HEPG
(Huile hydraulique environnement polyglykol) rapidement biodégradable à base de polyglycoles pour des utilisations particulières (non mélangeable à d’autres fluides hydrauliques).

HEES
(Huile hydraulique environnement ester synthétique) liquides rapidement biodégradables à base d’ester synthétique ayant une forte capacité de rendement.

HETG
(Huile hydraulique environnement triglyceride) liquides rapidement biodégradables à base d’huile végétale avec une capacité de rendement limitée.